La peur, une perception erronée de la réalité

Plus jeune, j’ai été dans ce cas : la peur au ventre dès que je devais faire mes preuves devant une personne ou un jury ou quand je devais parler à mon directeur. Alors j’ai commencé à analyser cette peur et à la dompter.

Il y deux peurs :

  • La PEUR PHYSIQUE qui est déclenchée par le cerveau reptilien, celle qui fait que vous fuyez dès qu’il y a danger. Si un lion rentre dans la pièce dans laquelle vous vous trouvez, j’espère que vous allez avoir peur et que vous allez vous sauver en courant !
  • La PEUR EMOTIONNELLE qui est déclenchée par le cerveau émotionnel.

C’est une perception erronée de la réalité. J’imagine tous les scénarios possibles : peur de ne pas être à la hauteur, peur de paniquer, peur du regard des autres, peur d’être jugée, peur de quelque chose que j’imagine qui pourrait se passer et qui peut-être ne se passera jamais.

En fait, quand je fais cela, je ne fais qu’entretenir ma peur. Plus je me focalise sur ce qui peut arriver, plus je suis mal et plus cela risque d’arriver. Plus je focalise, plus j’amplifie.

Posez vous la question …

Qu’est-ce que la peur m’a coûté dans le passé, qu’est-ce qu’elle me coûte dans le présent et qu’est-ce qu’elle va me coûter dans le futur si je reste paralysée par ma peur ?

La peur est quelque chose de naturel

C’est normal d’avoir peur à un moment donné. J’ai le droit d’avoir peur. Je reconnais que j’ai peur, ça fait partie de moi. Il est important d’accueillir cette émotion et surtout de ne pas la minimiser voire de la nier. Si je reste bloqué dans ma peur, elle va prendre le contrôle de ma vie. Or, il est important pour moi de choisir ma vie et d’avancer.

La peur est essentielle pour apprendre et donc pour grandir

Comme toutes les émotions, elle nous envoie un message : qu’est-ce qu’il y a derrière cette peur ? qu’est-ce que ça me rappelle dans le passé? Je l’analyse, je l’observe, j’ai quelque chose à apprendre de cette peur. Qu’est-ce-que je dois changer dans mon comportement?

Attention à ma PMF = Physiologie, Monologue et Focus. Tout est dans le positif !

La physiologie, c’est comment je positionne mon corps. Je me tiens droit, les épaules en arrière, comme quelqu’un qui a confiance en soi.

Le monologue, c’est ce que je me dis. Je fais attention aux mots que j’utilise à savoir des mots ou des phrases positifs. Je commence par observer mon vocabulaire quotidien et je reformule sous forme positive.

Le focus, c’est là où je porte mon attention. Je me focalise sur ce que j’ai à gagner (et non pas sur ma peur !). Je vois des images de victoires et je les ressens en même temps. Je peux fermer les yeux et visualiser cette victoire chaque jour.

Je fais appel à mes ressources

Je me souviens des moments semblables dans le passé où j’étais bloqué par la peur et pourtant j’ai réussi à la dépasser! Je me dis que si j’étais capable dans le passé, je suis toujours capable aujourd’hui. Je visualise ces moments.

Je reviens au moment présent en mettant en éveil mes cinq sens : qu’est-ce qui m’entoure? qu’est-ce-que je vois ? quelles sont les couleurs?qu’est-ce-que j’entends?  qu’est-ce-que je ressens? …